INCLUSIONS FLUIDES


INCLUSIONS FLUIDES
INCLUSIONS FLUIDES

INCLUSIONS FLUIDES

Parmi les processus ayant donné lieu à la formation des roches dans l’écorce terrestre, il en est un qui est très important pour la genèse de certains gisements métallifères: c’est la croissance de minéraux à partir d’une phase fluide. Dans ce cas, lorsqu’un cristal se développe, il est fréquent qu’il emprisonne dans des lacunes de cristallisation de petites quantités de la phase fluide avec ses sels solubles et ses composés volatils. Les reliques de ce fluide nourricier sont appelées inclusions fluides et ces inclusions sont évidemment très utiles pour la connaissance des conditions physico-chimiques régnant lors de la mise en place des gisements.

Les dimensions des inclusions fluides vont de 10—4 millimètre à quelques dizaines de centimètres cubes (très exceptionnel), mais leur taille moyenne se situe vers 0,01 mm; et en général celles dont la taille est supérieure à 1 mm sont peu fréquentes. Quand les parois des inclusions ont la géométrie du cristal hôte, elles forment des «cristaux négatifs».

On distingue généralement deux types d’inclusions: les inclusions primaires et les inclusions secondaires, correspondant à deux mécanismes de piégeage. Dans un minéral, entre la formation de ces deux types, plusieurs millions d’années peuvent s’être écoulés.

Tout phénomène venant perturber la croissance d’un cristal parfait peut provoquer la formation d’une inclusion primaire. Par exemple, une période de croissance rapide provoquant une surface lacunaire, dendritique, suivie d’une période de croissance lente recouvrant ces lacunes de couches homogènes, peut être à l’origine de ces inclusions. De même, les arêtes des cristaux croissent généralement plus rapidement que le centre des faces et les dépressions ainsi créées peuvent être le lieu d’inclusions primaires. De nombreux cristaux tels que la tourmaline ou le béryl croissent en prismes parallèles, d’où la possible formation de cannelures prismatiques pouvant s’obturer lors d’une nouvelle période de croissance en donnant des cristaux négatifs, enfin une ou des particules solides en suspension dans le liquide nourricier peuvent se déposer à la surface d’un cristal en formation; au point de contact, la croissance du cristal va cesser alors qu’elle se poursuivra autour de lui en créant une cavité généralement tubulaire qui pourra se refermer en emprisonnant du fluide.

Les inclusions secondaires sont celles qui se forment par un quelconque processus après la cristallisation du cristal hôte. Ainsi, si un cristal se fracture au contact d’un fluide (souvent différent du fluide originel) pour lequel ce cristal a une solubilité définie, le fluide pénètre la fracture et un phénomène de dissolution-recristallisation va aussitôt commencer en créant un réseau dendritique qui peut se renfermer en emprisonnant le fluide. Les inclusions secondaires, du fait de leur formation dans des fractures, sont généralement disposées selon une surface plus ou moins plane.

Quel que soit le type d’inclusions la grande majorité du matériel piégé est constituée d’une seule phase (systèmes homogènes), généralement une solution aqueuse ou saumure dans laquelle sont dissous des sels et des gaz. Les ions dissous sont principalement Na+ et Cl en teneur moyenne de 20 à 30 p. 100 en poids de NaCl, mais aussi Ca++, Mg++, K+, S4—— ou , on trouve aussi Ag+, Cu++, Pb++, Zn++, etc. en teneurs plus faibles (de l’ordre de 1 000 p.p.m.). Les gaz sont principalement constitués de C2 mais on trouve aussi 2 et CH4.

Le matériel piégé dans les inclusions fluides est cependant constitué parfois de deux phases (systèmes hétérogènes). En effet, pendant la croissance d’un cristal, des particules solides présentes dans le fluide peuvent être piégées donnant des inclusions liquide-solides : le piégeage de deux fluides immiscibles est loin d’être rare. Il s’agit en général d’une émulsion de gouttelettes d’hydrocarbures dans une saumure. De telles inclusions liquide-liquides ont plutôt une origine secondaire. Enfin, les inclusions peuvent être constituées en proportion variable de liquide et de vapeur ou de liquide et de gaz (surtout CO2).

Après le piégeage, les conditions initiales de pression et de température se modifient et plusieurs phénomènes physico-chimiques peuvent alors apparaître. Par exemple, il n’est pas rare que les minéraux des roches contiennent plusieurs milliers d’inclusions, pouvant se révéler biphasées, par centimètre cube. Ces deux phases résultent du fait que les inclusions sont observées à des températures plus basses que celles de leur piégeage. En effet, le coefficient de dilatation thermique des solides est nettement inférieur à celui des fluides. Aussi, lors du refroidissement, la rétraction du liquide engendre une bulle dont la taille croît avec la diminution de la température. Cette bulle est appelée bulle de retrait. Ce processus est réversible par simple chauffage de l’inclusion. Il est maintenant admis que la température à laquelle la bulle disparaît, corrigée des variations de pression, correspond à la température de formation de l’inclusion et donc généralement du minéral hôte. Par ailleurs, des gaz tels que C2 ou NH4, fortement concentrés dans la phase fluide, auront tendance à passer en phase vapeur lors d’une baisse de température. De plus, si la concentration en C2 est très élevée, la phase vapeur se scindra à son tour en C2 liquide et C2 gazeux aux alentours de 31 0C, température limite du C2 à l’état liquide. Enfin, le fluide piégé, originellement homogène, peut devenir saturé au regard de certains de ses éléments dissous, lors d’une baisse de température: une fois le seuil de sursaturation atteint, il y aura nucléation et individualisation de «minéraux-fils» au sein de la solution. Les plus communs sont de loin les cristaux de chlorure de sodium, mais des carbonates comme la calcite, des sulfures comme la sphalérite, des sulfates comme l’anhydrite ou encore des oxydes comme l’hématite peuvent ainsi prendre naissance dans ces inclusions.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • INCLUSIONS (physique du solide) — INCLUSIONS, physique du solide Presque tous les cristaux comportent des lacunes de cristallisation ou des cavités remplies par des corps à l’état gazeux, liquide ou solide. Ces inclusions sont connues depuis très longtemps puisque H. Sorby en… …   Encyclopédie Universelle

  • Inclusion (minéralogie) — Inclusions de rutile dans un cristal de quartz. En minéralogie, une inclusion désigne un matériau emprisonné à l intérieur d un minéral. Les inclusions peuvent être un liquide, un gaz, du pétrole ou un autre minéral …   Wikipédia en Français

  • MÉTAMORPHISME — Les roches métamorphiques résultent de la transformation à l’état solide des roches sédimentaires, des roches magmatiques et de roches métamorphiques plus anciennes, lorsque celles ci sont portées dans des conditions physiques et chimiques… …   Encyclopédie Universelle

  • THERMOMÈTRES GÉOLOGIQUES — Dans l’étude des phénomènes géologiques, la détermination de la température régnant au cours des différents processus qui ont donné et donnent naissance aux matériaux terrestres est un élément très important. Parmi ces phénomènes, il en est qui… …   Encyclopédie Universelle

  • MINÉRALOGIE — La minéralogie a pour but l’étude des minéraux, éléments ou composés naturels. Si la notion d’espèce minérale a longtemps varié, depuis quelques décennies les minéralogistes en donnent la définition suivante: un minéral est un solide naturel,… …   Encyclopédie Universelle

  • PÉTROLOGIE — Quoique, étymologiquement, pétrologie signifie «science des pierres», son sens est traditionnellement restreint en France à sa partie interprétative, la partie descriptive correspondant à la pétrographie. Il est vrai qu’à l’époque où les sciences …   Encyclopédie Universelle

  • VOLCANISME ET VOLCANOLOGIE — Le 24 août de l’an 79 après J. C., le Vésuve se réveilla au terme d’un repos de plusieurs siècles et détruisit les villes d’Herculanum, de Pompéi et de Stabiès. En 1783, l’éruption fissurale du Laki, en Islande, entraîna la mort de plus de 10 000 …   Encyclopédie Universelle

  • TRACHYTES ET PHONOLITES — Les anciens géologues appelaient trachytes des roches volcaniques claires et rugueuses ( 精福見﨑羽﨟: raboteux), et réservaient le nom de phonolites ( 﨏諸益兀: son, 晴礼﨟: pierre) à des roches assez voisines, mais sonores sous le marteau, en raison… …   Encyclopédie Universelle

  • libelle — [ libɛl ] n. m. • 1402; autre sens XIIIe; lat. libellus « petit livre » ♦ Court écrit de caractère satirique, diffamatoire. ⇒ pamphlet, satire; diatribe. Faire, répandre des libelles contre qqn. « Qu il fasse des libelles, dernière ressource des… …   Encyclopédie Universelle

  • libellé — libelle [ libɛl ] n. m. • 1402; autre sens XIIIe; lat. libellus « petit livre » ♦ Court écrit de caractère satirique, diffamatoire. ⇒ pamphlet, satire; diatribe. Faire, répandre des libelles contre qqn. « Qu il fasse des libelles, dernière… …   Encyclopédie Universelle